René Bickel : “La liberté d’expression s’est considérablement réduite ces dernières années”

Association Nationale de Défense Égalitaire de la Liberté d'Expression

René Bickel : “La liberté d’expression s’est considérablement réduite ces dernières années”

René Bickel, dessinateur militant

René Bickel est un dessinateur et illustrateur autodidacte qui n’aime pas les sentiers battus. Attaché à la cause écologique, il a choisi l’humour pour faire passer son message, et publie régulièrement ses dessins sur son blog, mais aussi sur sa page Facebook, où certains de ses dessins en lien avec la crise du Covid-19 lui ont valu quelques désagréments. René Bickel a bien voulu nous les expliquer, et nous faire part du regard qu’il porte sur la situation actuelle, au gré d’un échange passionnant.


Dessinateur autodidacte, vous avez décidé de vous engager pour la cause écologique par le biais de l’humour. Pourquoi avoir choisi ce mode de communication ?

J’ai toujours aimé m’exprimer par le dessin. Nous sommes la civilisation de l’image. Un bon dessin peut remplacer un long texte. Par le dessin humoristique, il est possible d’atteindre un public beaucoup plus large.

La cause que vous défendez trouve un nouvel écho à travers la crise actuelle. Avez-vous été confronté à la censure concernant vos dessins en lien avec l’actualité ?

Depuis la crise, le nombre de visiteurs a augmenté sur mon blog (bickel.fr) et mes pages Facebook.

Face aux mensonges, les articles et vidéos réalisés par ceux qui cherchent à rétablir la vérité sont de plus en plus censurés.
En ce qui me concerne, j’ai deux articles illustrés relatifs au coronavirus sur mon blog. Facebook a supprimé les liens qui mènent vers ces articles.

Dessin de René Bickel sur la gestion de la crise du Covid-19

Stratégie pour ne pas être affecté(e) par le coronavirus (COVID-19) © René Bickel

 

Publication de René Bickel censurée sur Facebook

Publication de René Bickel censurée sur Facebook

De manière plus générale, quel regard portez-vous sur l’état de la liberté d’expression aujourd’hui en France ?

La liberté d’expression s’est considérablement réduite ces dernières années.
Les « élites » qui nous mènent au désastre, se livrent à une véritable chasse aux lanceurs d’alerte.
Dans le domaine de la santé, la censure est très marquée. Par exemple, l’enseignement sur la racine de nos maux et sur les solutions simples pour renforcer son immunité face aux maladies, est systématiquement refusé par tous les grands médias.
Il est arrivé qu’un journaliste, intéressé par mes livres et mon enseignement, vienne faire un reportage. Et le lendemain, il m’informe qu’il ne peut pas publier l’article dans le journal.
Il y a d’une part la censure, mais d’autre part, c’est aussi et surtout la mise en application des connaissances sur la psychologie du comportement qui fait beaucoup de dégâts.
La population est enfermée dans une certaine bien-pensance, au point qu’elle construit elle-même sa propre prison.

Votre formation, votre parcours, vous a amené à porter un regard critique envers la médecine traditionnelle, à laquelle vous préférez des méthodes naturelles. Quels effets peuvent avoir selon vous la peur instillée par les médias sur la santé des gens ?

Voici un demi-siècle que j’expérimente les méthodes naturelles de santé.
Cela m’a appris à faire confiance à mon corps. J’ai pris conscience que la médecine officielle, sous la coupe de Big Pharma, nous mène vers un véritable désastre sanitaire.
La peur provoque une déficience de l’immunité naturelle et sape notre énergie vitale. C’est alors la porte grande ouverte aux maladies.
De plus, on attire ce que l’on craint.
Les personnes qui sont dans la peur, n’ont plus la capacité de raisonner correctement. Elles perdent tout sens critique. On peut le constater actuellement avec le coronavirus. La peur du virus amène à des comportements aberrants.
Face avec une population apeurée, il est possible de faire ce que l’on veut. Ceux qui tirent les ficelles, le savent.

Beaucoup de ceux qui osent se poser des questions ou remettre en cause le discours officiel en lien avec l’épidémie de Covid-19 se font taxer de “complotistes”. Qu’en pensez-vous ?

La théorie du complot est la phrase magique pour discréditer ceux qui apportent une information non validée par les médias subventionnés. Et ça, je l’expérimente souvent. Les gens ignorants préfèrent rester accrochés à un pilier de mensonges. Il y a carrément un refus de savoir.
Décrypter ce qui se trame derrière l’épidémie de Covid-19, relève du fait qu’il puisse y avoir une conspiration et cela fait peur.

L’individu « accro » aux médias, coupé de son ressenti, est aisément soumis à des croyances aliénantes et des comportements « panurgistes ». La pensée indépendante est broyée pour fabriquer des individus stéréotypés qui ne croient que ce pour quoi ils ont été programmés. En d’autres termes, la télévision est devenue un instrument de « décervelage ».

Quelle est votre vision du “monde d’après” ?

Il y a quelques années, j’ai démarré un projet de livre illustré présentant une vision idyllique d’un monde futur (retour à la terre, travailler moins, vivre mieux, énergie libre, monde plus fraternel, etc…).
En introduction, ce projet révélait aussi que nous avons affaire à des prédateurs faisant obstruction à l’avènement d’un monde meilleur. Les tyrans n’existent que parce que nous avons un comportement d’esclave.
Même si un éveil des consciences se fait jour, ce monde ne se transformera pas à coup de baguette magique.
Le comportement de la masse lors de la crise actuelle, m’a désenchanté et me fait un peu douter sur ce qui pourrait se produire dans un avenir proche.

Nous assistons à une guerre de l’information. L’élite orchestre d’énormes mensonges, censure et discrédite les chercheurs de vérités. Certains médias, tout en répandant la terreur par le mensonge, s’acharnent de manière abusive sur des gens honnêtes, qui osent dénoncer leurs fourberies.

Tout ce qui nous arrive, a sa raison d’être. L’humanité a ses expériences à vivre. Ce que nous ne voulons pas apprendre par la sagesse, nous l’apprendrons par la douleur. Jusqu’où ira-t-on pour arriver à un éveil massif ?

Toutefois, je ne pense pas que ce monde de cauchemar que l’on nous prépare, soit dans la destinée de l’être humain.

Lorsque les mentalités, nos états d’être et les vraies valeurs évolueront dans le bon sens, nous pourrons construire un monde meilleur.

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin