Patrick Jardin : “Nous ne sommes plus du tout en démocratie”

Association Nationale de Défense Égalitaire de la Liberté d'Expression

Patrick Jardin : “Nous ne sommes plus du tout en démocratie”

Patrick Jardin - © MaxPPPGuy Drollet

Patrick Jardin est le père de Nathalie Jardin, assassinée lors des attentats djihadistes du 13 novembre 2015 au Bataclan. Il n’a cessé de chercher à comprendre et dénonce aujourd’hui les responsabilités de ceux qui, pour l’heure, n’ont rendu aucun compte. Sa colère légitime lui a valu de subir quelques foudres, dont celles de la censure. Il a bien voulu répondre à nos questions, avec sincérité, et sans concession :


Vous avez décidé, à l’issue du drame que vous avez vécu, de ne pas vous taire. Pourtant les médias traditionnels qui ont relayé votre témoignage vous tournent aujourd’hui le dos. Comment l’expliquez-vous ?

Depuis ce drame j’avais deux solutions : soit me taire, soit dénoncer les insuffisances pour ne pas dire les complicités de l’état dans ces attentats.Etant un combattant (je suis un ancien joueur de foot de haut niveau c’est de là sûrement que vient mon esprit de combattant même si j’ai aussi de lourds antécédents familiaux puisque mon père lors de la guerre 1940 a été Résistant et mon oncle a été déporté et s’est évadé onze fois) j’ai choisi de me battre, je trouvais cela plus juste et cela cadrait mieux avec ma personnalité et mon caractère… Rapidement je me suis rendu compte de la censure médiatique : deux jours après le drame, j’ai été approché par des journalistes de France 2 qui m’ont demandé de faire un reportage sur moi. J’ai accepté elles m’ont donc suivi durant 2 jours… et je suis passé au 20H… 15 secondes ! Je les ai rappelé pour leur demander des explications, et l’on m’a répondu que ce que je disais ne pouvait être montré et qu’il était impossible de dire ce que je disais à la télé… Par la suite, ayant remporté contre les autorités et contre Médine (NDLR Le rappeur aux propos controversés qui devait se produire au Bataclan) ce combat pour faire interdire ce concert abject au Bataclan, là même ou ma fille et 98 autres personnes ont perdu la vie, j’ai été interviewé par M6 également au 20H, puis par France 3, j’ai été reçu par Laurence Ferrari dans Punchline, puis par Thierry Ardisson, puis par la chaîne RT France, chez TVLibertés avec Martial Bild et enfin chez Sud Radio avec André Bercoff . Je dois dire que dans toutes ces émissions j’ai été très bien reçu. Un jour, alors que j’étais en vacances chez des amis dans le sud de la France, j’ai reçu un coup de téléphone d’un journaliste se nommant Couderc (je ne sais pas si il avait un lien de parenté avec le Grand Roger Couderc) qui m’a demandé une interview que j’ai accepté. Ils ont donc débarqué un matin à 3 : un ingénieur son, un cameraman, et ce fameux Couderc. Ils m’ont cassé les pieds durant une après midi complète, multipliant les prises de son, les vues, etc… et cela devait passer dans l’émission d’Elise Lucet le jeudi soir. J’ai été appelé le Jeudi à 14 H pour m’entendre dire que la « direction avait décidé de déprogrammer mon interview », sans autre explication ! Concernant la presse écrite, j’ai quand même eu droit à deux pages dans le journal Le Monde (que j’appelle l’immonde) puisque les journalistes étaient initialement venus pour me poser des questions sur les gens de l’AFO que je connaissais, et elles n’ont rien trouvé de mieux que de pondre un article sur moi truffé d’erreurs. Cela ne leur a pas réussi, puisque cela m’a fait une publicité énorme. Et en plus Askolovitch en a rajouté une couche, ce qui lui a valu d’avoir des menaces de morts sur son compte Twitter, ce qui l’a obligé de me supplier d’intervenir pour faire cesser cela (c’était l’arroseur arrosé). Depuis, mis à part quelques articles dans la presse régionale, effectivement je ne suis plus jamais invité. A cela, deux raisons : le Bataclan cela fait déjà 5 ans, et aussi atroce que cela puisse paraître, je ne dirais pas que les gens ont oublié, mais il s’est passé tellement de choses depuis… et puis tant que vous n’êtes pas directement touché dans votre chair vous n’êtes pas directement concerné. Enfin vous savez : tous ces journaux sont grassement payés, et les supports pour lesquels ils travaillent sont largement subventionnés par le gouvernement. Alors bien évidemment mieux vaut pour eux que l’on ne dise pas du mal du pouvoir en place, et d’être dans la bien pensance. Regardez le salopard de Salines, ancien président de l’association du 13/11/2015, il a écrit un bouquin avec le père de l’assassin de sa fille : Samy Animour. Et bien dans sa campagne de présentation de son livre, il a été reçu sur TOUS les plateaux TV et dans plein d’émission radio. Moi j’ai écrit un bouquin « pas devant les caméras » (c’est ce qu’avait trouvé à dire Valls lorsque je l’ai interpellé à la Gare du Nord le dimanche après l’attentat) ce bouquin devait sortir après Pâques mais a été retardé vu les événements. Je doute que l’on m’invite pour le présenter, mais ce n’est pas grave : si il le faut, j’irai le présenter seul dans toutes les librairies de France !

Actif sur les réseaux sociaux, vous êtes systématiquement censuré sur Twitter, et revenez à chaque fois avec un nouveau compte. Qu’est-ce qui, selon vous, vous vaut une telle censure ?

Premièrement je l’avoue je n’ai pas ma langue dans ma poche et je n’ai pas pour habitude de faire preuve d’une grande diplomatie. Je dis les choses tel que je les pense (apparemment si j’en crois ce que l’on me dit sur les réseaux sociaux, c’est ce que les gens aiment chez moi, donc je ne vais sûrement pas changer). Deuxièmement mes problèmes datent d’un différent que j’avais eu avec un ex journaleux islamo collabo qui a soit disant été détenu en Syrie par les djihadistes et pour lequel la France a payé une caution de 14 millions d’euros cet argent je suppose ayant servi à l’achat d’armes dont peut être celles qui ont servies au Bataclan… Bref, Nicolas Hénin, puisque c’est de lui qu’il s’agit, m’a une fois interpellé sur mon compte Twitter, compte que j’avais spécialement ouvert pour ma lutte contre le concert de Médine. Comme les choses ne s’étaient pas bien passées entre nous, j’avais bloqué son compte et je n’entendis plus parler de lui jusqu’au jour où, sur mon compte twitter, je m’élevais contre le rapatriement des djihadistes prisonniers et pour la plupart condamnés à mort tant en Syrie qu’en Irak, ces vaillants “soldats de Dieu”  qui avaient brûlé leur passeport Français pleuraient pour être rapatriés en France pour éviter la mort dans les pays ou ils ont commis des crimes atroces, et moi j’y suis fermement opposé (j’ai d’ailleurs déposé une plainte contre l’Etat à ce sujet pour mise en danger de la vie d’autrui). Un utilisateur me fait alors remarquer que ces gens ont des enfants, et je lui réponds qu’il faut tuer leurs enfants aussi car j’ai vu des gamins de 8 à 10 ans égorger des soldats Syriens, et que si ils rentraient en France je ne voudrais certainement pas que ces « enfants », que moi je considère comme des monstres, fréquentent la même école que mes petites filles… que n’avais-je pas dit là… je ne sais pas comment cela est arrivé aux oreilles de Nicolas Hénin mais ce délateur s’est empressé de me signaler à Twitter et à Pharos, le service chargé de faire la police sur les réseaux sociaux, bref mon compte a sauté, mes 27000 followers envolés. Cela ne lui a pas porté chance car les gens étaient écœurés, l’ont menacé de mort, il a été inondé de tweets menaçants et désobligeants l’obligeant à déposer une plainte à la police. Ayant gardé mon premier compte personnel j’ai cru pouvoir basculer sur ce compte. Effectivement en deux jours, j’avais de nouveau 20000 followers et n’ayant pas de preuve (mais il n’y a pas de fumée sans feu) j’ai l’impression que la fermeture de ce second compte n’est également pas due au hasard! Désormais j’en suis à mon 24ème compte : dès que j’atteins 3000 à 3500 followers, il saute, même si je n’ai rien twitté durant 15 jours…

A travers votre expérience, que diriez-vous de l’état de notre liberté d’expression aujourd’hui en France ?

Une chose est certaine : NOUS NE SOMMES PLUS DU TOUT EN DÉMOCRATIE ! Certaines choses ne doivent pas être dites ni évoquées, vous n’avez pas du tout le droit de remettre en cause l’intégrité morale des gens qui nous gouvernent. Moi je sais que j’ai été mis sur écoute téléphonique, peut-être le suis-je encore, suite à mon interpellation de Manuel Valls le dimanche à la Gare du Nord. J’ai eu un contrôle fiscal qui bien heureusement, étant résident fiscal belge, s’est révélé inopérant. J’ai été emmené en garde à vue : j’ai un logement dans la banlieue lilloise que je loue à une amie, cette habitation a subi une perquisition complète et en règle avant qu’ils se rendent compte qu’en fait, je n’habitais pas là. Bref je sais que je suis dans l’œil du cyclone mais qu’importe : ce sont les règles du jeu, je les accepte, même si cela est très désagréable.Concernant le verrouillage des médias et par conséquent du droit des Français à l’information, je trouve cela absolument INADMISSIBLE : on en est arrivés à une situation digne des heures les plus noires de la Russie de Staline. Peu de gens le savent, mais les journalistes ne servent plus au public que la soupe que nos dirigeants leur disent de nous servir. Et comme on les a abruti avec des émissions de télé toutes plus cons les une que les autres, on leur a diminué leur pouvoir de juger, ce qui fait qu’ils avalent tout ce que l’on veut bien leur dire !

Vous avez révélé, il y a quelques mois, avoir appris que vous faisiez l’objet d’une surveillance des services de renseignements sous la forme d’une “fiche S”. Comment, vous qui avez été frappé directement par le terrorisme islamiste, avez vous accueilli cette nouvelle ?

Dans un premier temps j’ai surtout été très vexé car me retrouver “fiché S” comme ces islamises assassins, je trouvais cela tellement injuste, je n’ai jamais tué personne ni porté atteinte à la sécurité de mon pays… Puis je me suis dit que si ils avaient fait cela, c’est que quelque part je les emmerde, et ça ça me réjouit pour le reste. Vous savez, cela n’est pas très contraignant, il faut savoir que si vous devez prendre un vol pour sortir de métropole il faut prévoir deux à trois heures au passage de la douane, le temps que le fonctionnaire chargé de vérifier votre passeport et votre carte d’identité appelle son « chef » qui arrive tout hébété et vous regarde avec défiance, puis vous demande de le suivre dans un bureau, ce qui fait que vous passez pour un dangereux criminel devant tous les autres passagers. Le « chef » appelle d’autres « chefs » dans d’autres services et ces gens doivent être devant la machine à café. Donc il vous faut attendre qu’ils daignent rappeler le « chef » qui finit par vous rendre vos papiers, et il vous faut par la suite courir dans tout l’aérogare pour éviter de rater votre vol. Donc si cela les amuse, moi je m’en contre-fous. D’ailleurs je me demande si la prochaine fois en partant de Belgique j’aurais aussi à subir tout ce cirque il faudra que je me renseigne !

Vous dénoncez sans relâche le péril islamiste dont les terroristes du Bataclan sont le produit, et avez milité pour l’annulation d’un concert d’un rappeur controversé (Médine) dans cette salle de concert. Avez-vous été soutenu par les associations de victimes dans cette démarche ?

Oui je n’ai pas attendu le massacre du Bataclan pour savoir quel était le danger de l’islamisation de la France. Donc j’ai entrepris après le drame que j’ai vécu d’essayer modestement d’ouvrir les yeux des gens face à ce danger. C’est la raison pour laquelle je réponds à TOUTES les sollicitations et que je me force, lorsqu’on me le demande, à prendre la parole, bien que je n’y étais pas habitué, pour apporter mon témoignage et ouvrir les yeux des gens qui tant qu’ils n’ont pas été touchés dans leur chair ne se rendent pas compte. Mon seul but, puisque je ne pourrais jamais faire revenir NATHALIE, c’est justement qu’il n’y ait pas d’autre Nathalie. Car je ne sais pas si pour les autres victimes cela est pareil, mais à chaque attentat j’ai l’impression qu’on assassine ma fille une seconde fois. Le jour de l’attentat de Nice je voulais trouver une Kalachnikov pour leur rendre la monnaie de leur pièce. De même j’ai très mal vécu l’assassinat de ces deux jeunes filles devant la gare Saint Charles à Marseille, plus récemment le meurtre de ce jeune papa à Romans sur Isère devant son enfant… Ce qui me frappe, c’est aussi la passivité des gens devant ces islamistes. Jamais personne pour venir aider ces victimes et s’opposer à ces salopards. Pour Médine, là, c’était différent. J’étais déterminé. JAMAIS IL NE SE SERAIT PRODUIT AU BATACLAN. J’avais réussi à mobiliser 150 cars dans toute la France pour faire venir du monde, plus les gens qui venaient par leur propres moyens. Je suis certain que nous aurions été pas loin de 9 à 10000 personnes parmi lesquelles de très nombreux légionnaires et ex légionnaires, donc des gens qui ne faisaient pas le déplacement pour rien. Le premier ministre voulait que l’on créé un incident pour faire annuler le concert, nous aurions croyez-le bien créé l’incident ! De plus, pour le cas où cela n’aurait pas été suffisant, nous avions un plan B pour rendre la salle inutilisable de façon à ce que ce concert n’ait pas lieu ! En ce qui concerne les associations, RIEN ! NADA ! Je les ai contacté, ils m’ont répondu que pour eux le concert ne les gênait pas et qu’ils ne voyaient pas pourquoi nous empêcherions ce Médine de se produire. Pour eux c’était une atteinte à la liberté d’expression ! Le concert a finalement été annulé à mon grand soulagement, non pas par ce rappeur islamise, comme il aime le dire, mais par la direction du Bataclan qui, voyant l’ampleur que cela prenait, a eu la sagesse de l’annuler. J’étais en effet soulagé car d’une part je trouvais qu’il y avait suffisamment de sang qui avait coulé sur ces lieux, et je n’aurais voulu en aucun cas être responsable d’autres blessés, ou peut être morts. Le lendemain, j’ai eu l’extrême surprise de voire le communiqué de ces enculés (et je reste poli) de ces associations se félicitant de la décision d’annuler ce concert laissant croire qu’ils y avaient été pour quelque chose ! Alors qu’on ne me parle plus d’eux : ils ne servent qu’à aller se goinfrer de petits fours et à boire du champagne dans les cabinets ministériels pour glaner des subventions ou essayer de décrocher une légion d’honneur imméritée. Quant aux adhérents, ils ne reçoivent que des billets gratuits que de pseudos artistes mettent à leur disposition. Ce sont des INUTILES , jamais on a fait UNE SEULE réunion afin de concentrer nos efforts et de tout mettre en commun pour essayer de faire avancer les choses !

Avec le recul, avez-vous l’impression d’une prise de conscience collective de la menace islamiste depuis la vague d’attentats qui a frappé notre pays ?

Comme je le disais dans le paragraphe précédent, ma principale préoccupation est de faire comprendre aux gens que l’islamisme est un DANGER pour notre pays et que nos gouvernants sont complices de la montée de l’islam en France, qu’ils ne font rien pour stopper ce cancer, bien au contraire : ils favorisent la création de mosquées, laissent faire les prières de rue, laissent faire tous les délits dans les banlieues par couardise ayant trop peur de déclencher une guerre civile. De fait comme disait Churchill : “vous avez voulu éviter la guerre au prix du déshonneur vous aurez la guerre et le déshonneur”. Parce que parti comme c’est parti, la guerre civile me parait inévitable et malheureusement souhaitable. Qu’on en finisse : cela a duré bien trop longtemps. Le seul problème, c’est que notre gouvernement s’est occupé à désarmer les Français, alors que dans les banlieues circulent toutes les armes que l’on veut ! Alors est ce que les Français ont pris conscience de ce danger ?  Je ne pense pas. Du moins pas à sa juste dangerosité. Et c’est humain, tant que vous n’êtes pas directement concerné, évidemment cela ne vous préoccupe pas plus que cela. Mais par contre, ce qui peut jouer en notre faveur, c’est que nous sommes de plus en plus nombreux à être concernés. Et un jour, il y aura l’événement de trop qui précipitera le pays dans le chaos, et nos politiques en porteront l’entière responsabilité, de par leur passivité à prendre les mesures urgentes !

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin