L’association ANDELE appelle les législateurs à voter contre la Loi Avia

Association Nationale de Défense Égalitaire de la Liberté d'Expression

L’association ANDELE appelle les législateurs à voter contre la Loi Avia

L’examen final de la Loi Avia aura lieu prochainement à l’assemblée nationale. Le texte, qui a fait l’objet d’une procédure accélérée, est en effet inscrit à l’ordre du jour de la séance du 13/05/2020, où il sera présenté au vote dans sa version définitive.

Rappelons que cette proposition de Loi, présentée comme visant à lutter contre “la haine” sur internet, ou “cyberhaine”, vient s’ajouter aux trop nombreux textes limitant la liberté d’expression en France, et oblige les plateformes numériques (réseaux sociaux) à supprimer sous 24 heures les contenus qui leur seront signalés sous peine d’encourir une sanction pénale.

Nonobstant le fait que la modération des réseaux sociaux se concrétise déjà par une censure importante, dont il convient d’affirmer qu’elle est d’ailleurs à géométrie variable, il parait évident que des publications seront supprimées de manière arbitraire en plus grand nombre, le délai de 24 heures ne permettant pas un examen approfondi, et qu’il sera sans aucun doute fait appel à une batterie d’algorithmes qui se contenteront de prendre en compte le nombre de signalements.

Or, nous savons que des individus, voire des programmes, s’emploient à identifier ceux qu’ils considèrent comme des opposants politiques pour les signaler massivement. Ces actes de malveillance nuisent au débat démocratique et à la liberté d’expression. Ils seront facilités, voire systématisés si la Loi Avia est adoptée, et interdiront par exemple toute critique de l’islam, puisque le texte le prévoit.

C’est pourquoi nous demandons aux législateurs de faire preuve de bon sens, et de courage, en ne votant pas pour ce texte, en précisant que toutes les infractions dont il prétend combattre l’existence sont déjà punies par la Loi.

Nous demandons également à chacun d’entre vous de faire parvenir ce communiqué à votre député, quelle que soit sa couleur politique, afin de lui faire savoir que vous vous opposez à l’adoption de ce nouveau texte liberticide, qui vient d’ailleurs s’ajouter aux nombreuse restrictions de nos libertés fondamentales que nous subissons actuellement.

Partagez cet article
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin